Arles

Les Rencontres de la Photographie 2022 : exposition Une avant-garde féministe des années 70. Plus de deux-cents œuvres de soixante-et-onze femmes artistes dénonçant le sexisme, les inégalités sociales et les structures du pouvoir patriarcal.
Et un public de tout âge.

Rue Nationale

Déambulation dans les vieux quartiers. Quand je l’aperçois assise sur la devanture et le store du magasin, un livre à la main, un verre (on dirait du jus d’orange quand on zoome) sur une tablette en équilibre précaire, je n’hésite pas. Elle m’a vu faire la photo dans sa direction. Elle sourit.
Je lui demande : « Vous êtes bien installée là-haut, pour bouquiner ? »
– Tout à fait. On fait avec ce qu’on a », précise-t-elle avec un nouveau sourire, puis elle replonge dans son bouquin.
Il y a quand même plein de gens sympathiques dans cette ville.

Alcazar (bibliothèque)

A l’entrée de l’Alcazar, chaque fois que le vigile découvre l’intérieur de ma besace, il me précise qu’il « est interdit de faire des photos. » C’est pile au moment de sortir que je tombe sur cette scène dans le hall de la bibliothèque ! Comment ne pas succomber à la tentation ? Dois-je préciser qu’à cet instant mon appareil était sagement rangé au fond de mon sac ?

Canebière

Exposition photo sur les grilles de la CCI en bas de la Canebière. Je longe les barreaux, à la découverte de belles images, avant de tomber sur ce vieux monsieur au profil aquilin. Je l’ai un peu scalpé involontairement, mais je n’ai qu’une seule photo de lui.