Panier

Quand je passe devant ce photogramme revisité de Shining (Jack Torrance, alias Nicholson vient de détruire à la hache la porte de la salle de bain où s’est réfugiée son épouse), je me poste contre le mur bien en face de l’image. Je devrais dire : je m’incruste dans le mur pour disparaître aux yeux des passant(e)s. La ruelle est étroite, mais ça marche plutôt bien : on m’ignore et si quelques-un(e)s sont passé(e)s sans un regard pour Jack, une majorité a jeté un coup d’œil à l’inquiétant bonhomme.

La Plaine

D’abord, désolé pour cette image qui « hurle », mais j’ai une bonne raison de conserver la couleur.
Mardi 8 mars, je me rends à la Plaine pour découvrir la belle photographie couleur de ma copine Anne. Quelques jours plus tôt, elle me dit : « Je vais la faire tirer en grand format et je la collerais en plusieurs exemplaires sur la place. » J’arrive tard, il est presque 19 h, la nuit tombe quand je me pose devant la photo en même temps que deux écoliers du quartier :
Léo (à gauche) : Tu as vu qui c’est sur la photo ?…
Arthur : Non, c’est qui ?
Léo : Mais c’est la maman de Clément juste là, regarde !
J’ai changé les prénoms.

Les supports ne rendent pas vraiment hommage à la photo.

Panier

Dada
Je vais être un peu plus bavard que d’habitude et sortir des circonstances dans lesquelles j’ai fait la photo. Ça tombe bien, pour celle-ci, il n’y a pas grand-chose à dire…
La photo de rue, c’est mon dada, comme vous l’avez sans doute remarqué. Un dada déjà ancien mais qui a pris racine à Marseille en 2015 à la suite d’un échange avec ami motard et blogueur qui m’a dit : « Mais Alain, pourquoi ne fais-tu pas un blog pour montrer tes photos ? »
Sitôt dit, sitôt fait, avec quelques mois de retard quand même.
La photo de rue, c’est la base de ma pratique, là où je me sens le plus à l’aise sans l’être vraiment. Je m’expliquerai. Au quotidien, je fais peu de photos de famille (les enfants et petits-enfants sont loin), quelques images de paysage et de rares photos de vacances. En réalité, je balance entre vidéo (avec mes camarades de CinéTravelling), atelier photo hebdomadaire avec une joyeuse bande et photo de rue en solitaire dans Marseille puisque c’est là où je vis et qu’il y a des tas de choses à voir.

A suivre : Voleur