Vieux Port

Quand je m’assois à ses côtés sur la murette, je suppose qu’il devine ma présence. Il lève à peine la tête, ne prend pas la peine de regarder vers moi et se replonge dans son écoute en fermant les yeux. Ça devait être bien ce qu’il avait dans le casque.

Vieux Port

De loin, sous l’ombrière, j’aperçois une silhouette faire des sauts périlleux impressionnants. Je m’approche. C’est une jeune fille, une adolescente, elle est seule, elle attend qu’un espace suffisamment grand se libère devant elle et elle se lance dans l’indifférence quasi générale. Étonnante.

Vieux Port

Il fait doux, il y a du monde sur le Vieux Port. Pourtant, cette femme élégante, assise sur le quai au bord de l’eau, semble indifférente à l’environnement, absorbée dans ses pensées, le regard tourné vers la surface de l’eau. C’est plus simple pour moi.

Panier

Au départ de la montée des Accoules se trouve une célèbre boutique marseillaise où l’on peut trouver toutes sortes de produits régionaux, herbes aromatiques et savons en particulier. Même s’il y a souvent foule devant l’entrée, certains ne sont pas du tout intéressés par les productions locales.

Frioul

Quand le soleil tape fort, les îles du Frioul, belles plages et superbes calanques, sont une destination recherchée. Les navettes en partance du Vieux Port sont prises d’assaut. Assis à la poupe du bateau contre le bastingage, je constate qu’il y a toutes sortes de passagers.

Rue Breteuil

Début d’après-midi, j’ai rendez-vous chez le dentiste. Comme j’ai quelques minutes d’avance, je patiente sur le trottoir devant une moto en stationnement. Dans mon dos, un jeune homme qui sort d’un chantier à voir le plâtre sur ses vêtements : après quelques dodelinements de tête, il s’endort malgré le trafic intense de la rue.

Panier

En montant les marches vers la place des 13 coins qui héberge un bar du même nom, rendu célèbre par Jean-claude Izzo dans sa trilogie de polars (Total Khéops, Chourmo et Solea), je découvre cette gamine à la fenêtre de l’immeuble surplombant l’escalier. Elle semble un peu tristounette.

Je crains le pire pour le cadrage sur Facebook ;-( Cliquer sur la photo pour la voir en entier sur le blog.

Plage des Catalans

Vidéo photo

A l’ouverture de ce blog en 2016, j’étais plus video que photo, c’est pourquoi lorsque mon boitier rendait l’âme, je me focalisais sur les performances video de ces nouveaux appareils qui font aussi bien des images fixes que des films et qui ont envoyé les caméras grand public ad patres.
Au fil des ans, mes centres d’intérêt s’équilibrent. Toujours intéressé par la vidéo, je pratique au sein de CinéTravelling, une association marseillaise.
Quant à la photo, l’obligation que je m’impose de poster deux photos par semaine, le lundi et jeudi, me contraint à alimenter régulièrement ma base de données d’images. D’autant plus que j’essaye de mettre en ligne des images capturées dans les jours précédant la publication. Un challenge difficile que je tiens du mieux possible.
Un constat pour finir : désormais, si je change d’appareil photo je m’intéresse plus aux performances photo que video. J’en suis là pour l’instant. C’est ce qu’on appelle le changement dans la continuité.

Soleil et mistral, le duo pour garder son manteau sur la plage des Catalans.

Canebière

Je remonte la Canebière derrière ce policier quand déboule du boulevard Garibaldi, d’un pas décidé, ce jeune homme, casque sur les oreilles. Le policier qui porte un masque (élastique derrière son oreille) le prie d’un geste de faire de même. L’a-t-il fait ? je suppose, car j’ai continué mon chemin sans me retourner.

Boulevard Longchamp

Bloc-notes
Le savez-vous ? La photographie est un iceberg. Ce que vous voyez d’un photographe est une infime partie de sa production, a dit un érudit dont j’ai oublié le nom.
En ce qui me concerne, ce n’est pas toujours vrai. J’ai peu de scrupules à montrer des images (trop ?) banales. Simplement parce que mon blog est plus un bloc-notes qu’une galerie photos. Un bloc-note sur lequel je partage mes pérégrinations marseillaises sans privilégier forcément la qualité technique (exposition soignée, netteté parfaite, cadrage impeccable etc).
Je n’irai pas jusqu’à dire que je suis indifférent à la critique, mais mon ressenti passe avant le fait de ne montrer que la substantifique moelle de ma production.

Ainsi cette image de la marche pour le climat du 9 mai 2021. Je la retiens parce que je la trouve drôle à deux titres : le slogan humoristique typiquement local et le visage très sérieux de la dame portant la pancarte.
Mais j’ai peut-être ai-je tort…
Qu’en dites-vous ?

Panier

Bloc-notes

MIdi, deux devant la vieille Charité, personne ou presque dans la rue. Autant je fais souvent des images à la va-vite, autant ce jour là je prends mon temps : je passe, je repasse, je vire, je tourne, je le photographie sous plusieurs angles. Très occupé par son téléphone, il n’a jamais levé la tête.

Boulevard Longchamp

Manifestation pour le climat dimanche 9 mai 2021 à Marseille, comme partout en France. Le rendez-vous est devant le Palais Longchamp. Je vais au départ de la marche : du soleil, un petit mistral, de la musique, un sourire et une banderole impossible à laisser passer.

La Pointe Rouge

Limites

Dans le domaine de la photo de rue, je me suis posé quelques limites. Au moins deux : je photographie peu les couples, surtout s’ils sont aisément identifiable, histoire de ne pas semer la zizanie… Et pourtant il y en a de magnifiques.
Seconde règle : j’évite les images avec des protagonistes en situation dévalorisante, humiliante ou simplement ridicule. Il m’arrive parfois d’oublier ce second principe quand la photo me semble drôle. Je sais, ce n’est pas une excuse.
Rien de tout ça avec cette image un peu floue, en contre-jour. Quand je vois arriver ces jeunes filles, la joie de vivre qui se dégage de cette petite bande me touche. Sur ce trottoir, juste au-dessus de la plage de la Pointe Rouge, j’ai le sentiment de croiser un pur moment de joie, peut-être de bonheur. Ce n’est pas si fréquent. Clic !