Canebière

Un dimanche où la Corniche est réservée aux vélos, skate-boards, planches à roulettes, trottinettes et tout ce qui roule sans moteur à explosion. Sur son grand vélo, je suppose qu’il y va comme moi. Sur mon petit vélo, je le double dans la descente sur la Canebière et je le photographie en roulant quelques mètres devant lui. Pas très prudent…

Canebière

Je rentre chez moi à pied en remontant la Canebière en fin de journée, après la canicule de l’après-midi. C’est là que j’aime le plus Marseille en voyant la diversité des looks, des gens, des tenues. Sans parler des regards ni des petits (à cause du Mistral ?) drapeaux qui pavoisent la plus célèbre avenue de la ville pour le 14 juillet.

TER Marseille- La Garde

C’est le matin, vers 9 h, je suis assis avec mon bouquin, seul, dans le wagon. Le temps maussade ne donne pas envie de s’intéresser au paysage. Plongé dans Le Passage de Justin Cronin, je ne l’entends pas arriver, je ne la vois pas s’assoir ni s’allonger. Quand je lève la tête, en entendant le nom de ma destination dans le haut-parleur, je vois ce que vous voyez sur la photo.
PS : regarder sur un véritable écran, pas sur un téléphone.

Tram

A l’arrêt Réformés Canebière, il monte dans le tram derrière sa maman qui me coince avec sa poussette qu’elle déplace sans ménagement. Le gamin, à la bouille sympathique, mange une friandise, il jette un œil vers moi et se tourne d’un coup devant mon objectif. Clic.

Canebière

Temps maussade, ciel couvert, lumière grise, il fait froid. Je suis dans le tram à proximité d’une des portes. Quand elle s’ouvre, je me dis que les masques nous gâchent la vue… pardon, la vie.