Garlaban

C’est un beau dimanche du mois de mars. Balade dans le massif du Garlaban, terrain de jeu du jeune Marcel Pagnol : « Je suis né dans la ville d’Aubagne, sous le Garlaban, couronné de chèvres, au temps des derniers chevriers », dit-il dans La gloire de mon père. Je n’ai croisé ni chèvre, ni chevrier dans ces magnifiques collines. En grimpant sur le Pic du Taoumé (qui culmine à près de 700 mètres !), je fais demi-tour sur le sentier pour voir Marseille et la Bonne Mère.

P1720064.JPG

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s